La QVT, la patate chaude de l’entreprise

responsable QVT - einaï

On ne le répétera jamais assez, la Qualité de vie au travail est l’affaire est tous … Ou peut-être l’a-t-on un peu trop répété ? Certes, la QVT se vit au quotidien, c’est une démarche globale, holistique, interservices, mais pour autant, les responsables de sa vision stratégique, opérationnelle, doivent être identifiés et identifiables par les collaborateurs. Il y a évidemment de bons élèves parmi les entreprises, mais nous sommes fréquemment confrontés à des structure où les différents aspects de la QVT sont dispersés entre plusieurs services, sans coordination et sans vision d’ensemble. La patate chaude se refile de service en service, mais personne n’en prend la pleine responsabilité.

L’importance d’une vision globale

La QVT est l’affaire de tous… 

Chacun, dans l’entreprise, en est acteur et bénéficiaire, elle transcende les services, les échelons hiérarchiques et touche tous les processus et domaines d’action professionnels et extra-professionnels. Il est donc important d’impliquer vos collaborateurs dans leur bien-être en entreprise, l’idéation, la récolte d’information, la définition de la stratégie et les actions au quotidien

… Mais elle doit être chapeautée

Néanmoins, si l’on désire intégrer efficacement la Qualité de Vie au Travail dans sa culture d’entreprise, lui donner une orientation et la faire converger avec les objectifs stratégiques de l’entreprise, une vision globale est nécessaire. Le meilleur moyen reste de nommer, selon la taille de votre entreprise, un ou plusieurs responsables de la stratégie et des démarches QVT, un comité de pilotage qui veillera à la cohérence, la pertinence et la bonne marche des projets visant l’amélioration des conditions professionnelles et extraprofessionnelles.

Heureusement, ces responsables de la QVT ne seront pas seuls : il y a des acteurs, des parties prenantes qui sont des moteurs de vos démarches QVT ou des relais indispensables à la fluidité de l’information et de l’action. 

Einai-CTA-Diagnostic

Les acteurs de la QVT en interne

Ceux qui sont au centre de la démarche QVT

En interne, il s’agit souvent, avant tout, de votre direction des ressources humaines et vos RRH. Centrés sur l’humain, ils ont souvent plusieurs aspects de la QVT sous leur responsabilité. De même, le service en charge de Responsabilité Sociale des Entreprises -ou RSE-, s’il existe, est directement concerné : après tout, on la retrouve dans les piliers de l’ISO 26000. Pour finir ,le CSE, en tant que représentant du personnel, a pour rôle de “promouvoir la santé, la sécurité et l’amélioration des conditions de travail” et “d’assurer une expression collective des salarié.es”. C’est donc naturellement qu’il sera amené à participer, voire diriger, les actions QVT.

Certains pans de la QVT sont gérés par des services plus spécifiques, comme le service de sûreté et de sécurité, ou les services de communication

Ceux qui impulsent la démarche QVT

Bien qu’elles n’aient pas forcément un rôle opérationnel, votre hiérarchie et votre direction sont également actrices de votre QVT, en l’incluant dans leur vision globale pour l’entreprise. Elles doivent impulser la démarche, en montrant une réelle et sincère implication : en portant la démarche qvt, elles donnent l’exemple.

Ceux qui la font vivre au quotidien : 

Plus proches de vos collaborateurs, vos Chief Happiness Officers sont en charge du bien-être de vos collaborateurs, et vos managers en sont de fidèles relais. Vos managers sont les représentants de votre promesse employeur, ils aident à partager les informations, donnent l’exemple et sont les chefs de file de votre démarche qvt auprès de leurs équipes. Formez les, aidez les à relier votre démarches qvt aux enjeux de votre entreprise,  à leurs enjeux en tant que managers, aidez les à vivre la qvt et ils le feront vivre dans leurs équipes et votre entreprise.

Les acteurs de la QVT en externe

Ceux qui chapeautent la QVT : les partenaires interreprises

En externe, de nombreux acteurs peuvent intervenir. Il y a les partenaires de votre réflexion sur la QVT, les guides nationaux ou régionaux de la QVT, comme l’ANI, l’ANACT, les ARACT,  qui donnent un cadre, des recommandations, accompagnent les entreprises et organisent des événements en lien avec la QVT. Elles sont des relais privilégiés et des chefs de file d’une réflexion profonde sur la QVT, son état actuel, son évolution et les nouveaux besoins des collaborateurs. Elles sont connectées au quotidien des collaborateurs et à leurs attentes. 

Ceux qui font la loi

Il y a également les organes législatifs, qui posent un cadre, contraignant ou non, pour vos actions QVT. Leur rapport à la QVT est en décalage, un peu plus déconnecté de la réalité du terrain. De nombreux aspects de la QVT, comme l’égalité professionnelle et la lutte contre le harcèlement et contre toutes formes de discriminations -pour ne citer qu’eux- ne sont pas accessoires, mais bien des obligations légales. Cela dit, suivre ses devoirs légaux est une condition necessaire, mais loin d’être une condition suffisante pour se considérer à jour sur les questions de QVT.

Les CARSAT peuvent intervenir sur les questions de santé des travailleurs, notamment les accidents de travail.
De même, les Intervenants en Prévention des Risques Professionnels (IPRP) sont des partenaires de la QVT, en termes de prévention et de conseil.

Ceux qui vous facilitent la vie

Il y a évidemment les agences spécialisées dans la QVT , qui sont de precieux relais, et vous offrent leur expertise , leurs connaissances du marché, de ses tendances. Elles vous permettent de mieux connaître vos collaborateurs, de les accompagner et de savoir mieux communiquer pour mieux les impliquer. Il est important de choisir des partenaires de confiances : ces agences, comme einaï,  vous épaulent de l’établissement d’une stratégie à sa mise en place. Elles vous permettent d’avoir une démarches QVT orientée, adaptée, pertinente, et surtout constante : après tout, la QVT se vit au quotidien.

Articles récents :